David Noir | BIO | Mise en scène ► Création ► Théâtre ► Performance

Ma pratique effective de la scène remonte à mes 20 ans, bien que je puisse faire remonter à ma prime enfance les éléments propres à traduire mon intérêt pour le spectacle. La transmission de ce que j’ai appris et découvert en étant moi-même sur un plateau de théâtre ou en dirigeant les autres peut se résumer en un point essentiel : être vivant sur une scène est une quête d’extra lucidité. C’est avant tout une expérience sensorielle tous radars sortis, qui nous permet d’être un vecteur pour les autres qui nous voient faire. Ce n’est pas tant la sincérité subjective du sentiment qui importe, que la perception du réel alentour à l’instant T. En devenant ainsi extrasensoriel de la tête et du corps, la question du « vrai » et du « juste » ne se pose plus. Le voyage est ailleurs. Bien plus haut que dans le monde des idées. Il se déroule dans celui de l’hyper matérialité des choses et des êtres : l’esprit, le vivant, le tangible et le mortel.    DN

David Noir | Bio

1. David Noir dessine un parcours sinueux vers la scène et les arts vivants depuis 1986

Tour à tour, auteur, metteur en scène, scénographe, acteur, chanteur et performeur de ses propres créations, il opère variablement, seul ou accompagné d’un groupe

Bien qu’ayant débuté en tant que metteur en scène et directeur de compagnie à 22 ans, ce n’est que sept ans plus tard, qu’il réalise « Les Animaux Décousus », travail filmique sur sa sexualité préfigurant la forme et la recherche fondamentale de ses projets à venir. En 1998, il entame avec la compagnie La Vie est Courte, une équipée de 7 ans, grâce à laquelle il développera son écriture et une dramaturgie de groupe alliant profondeur des textes, nudité et burlesque.

Durant cette période, il abordera des thèmes récurrents comme ceux de l’individu face au plus grand nombre, la nudité collective, le sexe ludique, l’oppression de l’éducation et l’enfance primitive. Cinq spectacles naîtront entre 2000 et 2004 autour de ces sujets, dont trois matrices principales : « Les Puritains », « Les Justes-Story » qui sera interdit de scène par Pierre Cardin dès sa première semaine d’exploitation dans son Petit Espace, « Les Innocents ou 16 à Nez Noir » et deux petites formes : « Terre ! » et « Gode Blesse Me », premier solo sous la forme d’une invitation à la sodomie lancée aux spectateurs.

Depuis le commencement des années 2000, il se passionne pour le Web et les modes narratifs nouveaux, notamment le jeu vidéo et voit dans Internet et les supports informatiques, une réelle opportunité d’extension de la scène. Cette considération reste aujourd’hui ancrée au cœur de sa recherche et de ses propositions sur le Web. En 2008, il affirme sa position de créateur-interprète, en solo ou accompagné, en incarnant JaZon, héros d’une épopée contemporaine, sexuelle et guerrière rassemblant tous les aspects de son travail et donnée à Paris sous une première forme de 9 performances créés au rythme d’une par mois sous l’intitulé global « La Toison Dort ». En 2010, ce travail entre dans une 2ème phase à travers « Projet JaZon », visant encore d’avantage à mettre en relief le corps nu, moteur de son écriture, mais aussi sa place intrigante et son potentiel émotionnel dans nos sociétés.

À dater de 2011, c’est sa rencontre avec Le Générateur, lieu de création résolument tourné vers la performance, qui va marquer de façon décisive une orientation nouvelle dans son travail par la création de deux installations-spectacles de 15h, entièrement ouvertes à la participation du public considéré comme partenaire et interprète. Il s’agira d’abord à nouveau de « La Toison dort » sous la forme d’un dernier opus regroupant les épisodes précédents enrichis des improvisations spontanées des participant/es, puis ce sera l’aboutissement final de cette forme foisonnante, avec « Les Parques d’attraction » en 2013, au cours duquel il ne sera plus possible de discerner les performeurs des spectateurs derrière les multiples déguisements mis à disposition des visiteurs. De 2014 à 2017, ses expériences se poursuivent avec le cycle « Scrap », mettant à l’honneur le cut-up de textes, de sons et d’images fortes à travers « Le féminin dans tous ses états » et « Les camps de l’Amor », séparés par un solo pachydermique intitulé « Défense du masque Ulin », puis deux courtes performances données au Générateur : « Votre enfant (n’a qu’un œil) » et « Marée Haute » où il tente une traversée de la salle en costume de tortue.

À travers son travail d’auteur, de metteur en scène et d’interprète, David Noir s’intéresse essentiellement aux collisions entre réel et fantasme qui font le socle de la nature humaine

David Noir - La Toison dort - Photo © Karine Lhémon 2008
David Noir – La Toison dort – Photo © Karine Lhémon 2008

Le clip vidéo d’art, la photo légendée, les recherches sonores usant de sa propre voix transformée et chantée, les éléments prélevés dans l’actualité, s’intègrent à ses recherches pour générer hasards et imprévus créatifs de toutes natures. Il réalise régulièrement des courts-métrages non fictionnels sous l’intitulé générique « microfilms », d’une durée souvent inférieure à la minute, créant un genre comique absurde à partir de personnages costumés ou nus dont les mises en situation illustrent littéralement des jeux de mots et des expressions du langage courant. David Noir dessine, peint et pratique le collage depuis l’enfance. Il est par ailleurs enseignant de théâtre et consacre beaucoup de temps à la transmission des divers fruits de ses expériences scéniques sous la forme de stages d’improvisation et d’initiation à la performance. Il est artiste en résidence au Générateur de Gentilly depuis 2012.

Tous les éléments de sa biographie et de son évolution artistique, se retrouvent dans l’enseignement qu’il dispense depuis le milieu des années 90.

Outre les nombreux cours qu’il dispense et le travail de formation réalisé au sein de plusieurs compagnies, la direction d’un atelier hebdomadaire de recherche en improvisation, sept années durant, lui a permis d’élaborer de nombreuses techniques nouvelles ou différentes, conçues pour favoriser l’épanouissement rapide de l’interprète dans de bonnes conditions.

Les membres de cet atelier, par leur assiduité, leur goût de l’expérimentation et leur intérêt passionné, ont particulièrement contribué aux méthodes que Scène Vivante est en mesure de proposer aujourd’hui. Qu’ils et elles en soient remercié/es !

2. Principales créations

2017

  • Permission refusée, performance | Le Générateur
  • Marée Haute, performance | Le Générateur
  • La peau sur les zoos, performance | Musée de la Nature et de la Chasse

2016

  • Votre enfant (n’a qu’un œil)performance | Le Générateur

2015-2017

  • So Sade, vidéo

2015

  • Les Camps de l’Amorperformance | Le Générateur | Anis Gras

2014

  • Défense du masque Ulinperformance | Galerie Nivet-Carzon | Le Générateur
  • Scrap, le féminin dans tous ses étatsperformance | Le Générateur

2013

  • Les Parques d’attractionperformance | Le Générateur

2012-2013

  • Définitives Créatures,vidéo

2012

  • La Toison Dortperformance | Le Générateur

2011

  • Altéré Go !performance | Le Générateur

2010

  • Projet JaZonperformance | Le Yono

2007-2009

  • La Toison Dortperformance | DSN Scène nationale de Dieppe | Espace Jemmapes | La Guillotine

2005

  • Gode blesse meperformance | Théâtre des 2 rives CDR de Haute Normandie
  • Terre !, théâtre | Théâtre du Rond-Point | Théâtre des 2 rives CDR de Haute Normandie

2003-2004

  • Les Innocents, théâtre | DSN Scène nationale de Dieppe | Théâtre des 2 rives CDR de Haute Normandie | Pulsion-Théâtre – Avignon off

2002

  • Les Justes-Story, théâtre | Petit Espace Pierre Cardin | Le Trianon | Pulsion-Théâtre – Avignon off

2001

  • L’Art est nié, file !performance | Cirque-Théâtre d’Elbeuf | Théâtre des 2 rives CDR de Haute Normandie | Grande Halle La Villette

1998-2000

  • Les Puritains, théâtre | TGP de St Denis | Théâtre 95 de Cergy | Théâtre des 50 | Lavoir Moderne Parisien

1992

  • Les Animaux décousus, vidéo

1987 (1ère création)

  • Le ver dans le fruit, spectacle musical | Alpha du lion (Paris)

1986 (1ère mise en scène – Voir CV enseignant, metteur en scène)

  • Henri VI (2ème volet) de William Shakespeare Cie Le Bestiaire | 20ème Théâtre (Paris) | Espace Athanor (Avignon) | Château de Bonaguil, pour Amnesty International)

Téléchargement du CV de David Noir, performeur et metteur en scène

Retour en haut

Autour de sujets avoisinants

Partagez ce contenu sur…
Des cours d’interprétation accessibles toute l’année
cours de théâtre et d'improvisation Scène Vivante

Formation continue au jeu d'acteur proposée par David Noir

© 2018 David Noir ®. Tous droits réservés - All rights reserved