Urgence prioritaire : ne pas se faire happer par la violence de l’autre

Être heureux dans un monde douloureux

Environné par la violence et la rudesse

Fond d’âme mental

A partir
A dater
du point zéro enfin atteint,
je me rattrape

Apprenti sage

Se rattraper soi-même est La source
C’est à partir de là que tout grimpe
La croissance du chaud mage n’est pas une mauvaise chose

Il est nécessaire de comprendre – d’admettre, pour certains
Qu’il faut s’occuper de soi comme de son propre enfant
S’accompagner docilement, fermement sur le chemin de l’indépendance de tout,
vers l’autonomie de soi

Faire la place à l’inutilité de l’autre est dynamique de bonheur
s’OTO suffire n’est pas basé sur le rejet
Les racistes n’ont rien compris au développement durable
C’est bien le développement qu’ils haïssent
L’autre n’est admirable, n’est aimable que dans la mesure où il est luxe dénué d’utilité
Le point zéro est là
Table rase des poisons
Tu n’as besoin que de toi pour vivre et de quelques êtres merveilleux choisis pour s’amuser

Une mauvaise éducation populaire règne
Qui nuit/jour/nuit à l’individu
A son bonheur véritable comme si c’était un fait exprès de vouloir rendre l’humain bête de somme
Bête en somme, de vouloir tout diviniser

Choisir son bonheur, premier point
S’il n’est pas la seule quiétude du jardin dont on suit les saisons
Il est accélérateur d’énergie
Cela provient d’une autre source
Cela n’est plus la contemplation des beautés naturelles

Pas que cela

La culture d’énergie est le travail agraire qui ensemence un bonheur actif
Exaltation intense, le travail choisi est un remède à la notion dévoyée de l’amour
C’est le deuxième point
Le bénéfice en second de l’aventure

S’en sortir

oTo © David Noir 2015 - oTo est un personnage de friction. Perpétuellement effaré par la violence du monde.
oTo © David Noir 2015 – oTo est un personnage de friction. Perpétuellement effaré par la violence du monde.

Le bonheur malade de la passion dépendante d’un/e autre que soi
Dévore comme le feu consume
Il n’en restera rien
Qu’un peu de chaleur passagère aussitôt dissipée
Energie perdue des cheminées aux âtres grands ouverts
Eyes wide shut, solution de sauvegarde intense
L’insert n’exclue pas le décor romantique d’une cheminée dans la pièce voisine
Plaisir des yeux et de l’illusion narcissique, mais ce n’est pas avec cela que l’on se chauffe

Travail choisi nuit/jour/nuit

Et le regard reste à l’intérieur de soi
Les yeux peuvent balayer le paysage sans heurt si un regard est aux commandes intérieures

Grand cerveau dans un petit robot, on peut partir se promener en ville comme on visite la forêt une carte à la main
As de cœur prémuni
Logé dans un coffre fort
Ainsi nous donnerons de la voix autrement que dans la plainte qui sert la main des puissants
Consolateurs
Auxquels il ne faudrait jamais demander

rien

pour vivre

libre

La vie roue à aube d’énergie
Incessant cycle des godets qui se suivent, se remplissent et se vident
Ne doit pas s’arrêter
Jamais

L’électricité apparaît
Mystérieuse et extraordinaire ressource
Elle est dans le corps tout pareil

De l’avant
De l’avant
De l’avant

Aucunement une fuite
Le bonheur est une industrie
Son usine est toute personnelle
Surtout ne lâche pas ton travail pour des amours fallacieuses
Illusions séductrices pour ceux qui se croient si faibles

Non, non

Tout l’amour qu’il te faut se produira par ton travail
Pas de poids aux chevilles pour croire que l’on est aimé par la vie
Inversion absolue du processus

C’est là

Point zéro de tout redémarrage
en trombe pour la durée entière d’une vie féconde
Richesses incroyables, toutes les profondeurs t’attendent qui sont là sous tes pieds
Heureuse créature, mineur actif jamais miné
Entrée de zone protégée
Interdiction de se complaire
Obligation de réfléchir

Bien malin qui voudra te démontrer l’inverse

Dépense ce qu’il te faut d’écoute chez les gens de métier
Mais ce ne sera que pour damer la plaine
Le vrai travail se fait seul à seul
Dans une joie extrême
De ne rien attendre d’ailleurs

Le pauvre n’a rien à donner
Que la plainte ardente de ses douleurs
Il te fera aussi entendre la sonnerie de son clairon malheureux et avide
qui dit que la vie fragile retourne en un instant la peau de son satin pour une écorchure à vif

Cette information n’est pas rien

Milliardaire nanti de ta propre pensée
Tu ne dois pas l’oublier
Mais ne pas stopper ta machine

De l’avant
De l’avant
De l’avant

Ni carence supposée d’amour, ni crainte d’un avenir pas encore arrivé
Ouvre tes paumes pour y découvrir l’or accumulé

Il est sans valeur à la côte des fous quotidiennement pressés
d’aller jouer leur malchance au jeu qui jamais ne les concernera

Il est une indestructible fulgurance
pour qui veut enjamber la clôture maladroitement dressée aux limites factices de sa pensée

Point zéro

J’ai dépassé Notre Dame et toute sa religiosité
Marathon man, je distingue à peine ma vieille ombre triste et essoufflée
Cent pas derrière
Je t’abandonne
Colle aux basques d’un fantôme traîneux de passage si tu veux
Survis ainsi médiocre et terne
Je n’ai plus rien à quoi t’accrocher

Fond d'âme mental
Priorités © David Noir 2015
Accueil » Fuir et rugir » Urgence prioritaire : ne pas se faire happer par la violence de l’autre

Retour en haut

Partagez cet article

Autour de sujets avoisinants

Thèmes abordés ici : - - - - - - Cliquez sur les liens pour suivre leurs développements à travers d'autres articles.

2 réactions sur “Urgence prioritaire : ne pas se faire happer par la violence de l’autre”

  1. Brascoche Attila Shreif Nelson de Walbau Répondre
    2 novembre 2015

    No comment.
    Only : merci

    1. VIP Répondre
      4 novembre 2015

      Joli point zéro de conduite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

© 2017 David Noir ®. Tous droits réservés - All rights reserved